Chauffage - Energies renouvelables

Le point noir pour tout projet de construction: Quel type de chauffage et pour quel budget.

 

Entre investissement onéreux et rentabilité, c'est le poste à ne pas négliger car c'est lui qui déterminera votre facture énergétique mensuelle...

 

Forcément lié à l'isolation du bâtiment, vous choisissez votre système de chauffage pour plusieurs années.

 

Plancher chauffant hydraulique ou électrique, pompe à chaleur, géothermie, solaire thermique, chaudière à granulés de bois, chaudière gaz, VMC double-flux... là encore la liste est longue.

Aujourd'hui, une VMC double-flux est indispensable: On ne peut pas demander à un bâtiment d'être étanche à l'air en faisant rentrer le froid hivernal par toutes ces grilles d'aération en partie haute des fenêtres.

L'idée étant de recycler l'air extrait en cuisine, WC et SDB, d'en récupérer les calories l'hiver afin d'assurer un préchauffage de l' air neuf et le refouler dans les chambres et pièces de vie.

Certains détracteurs vous démontreront qu'elle est difficilement amortissable, d'autant plus qu'une bonne VMC simple flux hygro permet tout de même d'obtenir un Bbio suffisant à condition de compenser les pertes sur d'autres postes (isolation, chauffage, etc...).

Tout n'est qu'une question de comment aborder le problème...

 

Pour ce qui est du système de chauffage, l'idéal étant d'installer un plancher chauffant hydraulique basse température sur lequel vous pourrez greffer toute chaudière ou pompe à chaleur, quelque soit l'énergie demandée (gaz, électrique, bois...)

Le plancher électrique étant moins onéreux à l'installation certes, mais la facture mensuelle grimpera vite.

Là encore, tout n'est que question de rentabilité...

 

 

 

 

Le solaire thermique est une bonne alternative mais demande un investissement lourd au départ. L'avantage est que l'on peut décharger les calories dans une piscine l'été.

 

La récupération d'eau de pluie, elle, devrait être obligatoire!!!

En effet, quel non sens de mettre de l'eau potable dans les WC...

Bien sûr le coût là encore est important (compter 2500€ pour une installation) donc difficilement amortissable. Sur ce point-là, c'est plus une question d'état d'esprit que de retour sur investissement. Vous diminuerez tout de même facilement votre consommation de 30%...

 

Mais gérer les apports solaires passifs reste la meilleure solution, en positionnant judicieusement les baies vitrées au sud (avec volets ou brises-soleils et débords de toiture (pour l'été) et enfin limiter les ouvrants au nord, sont des éléments à prendre en compte dans la RT 2012.

 

Le solaire photovoltaïque vous tente?

 

Ses heures de gloire en France sont peut-être derrière nous car s'il a été un placement d'argent très rentable avec les crédits d'impôts de 50% et les tarifs de rachat d'EDF proche des 60 cts/kw (alors que nous l'achetons 11 cts/kw pour notre propre consommation...), aujourd'hui le tarif d'achat est divisé par 2 mais le coût de l'installation aussi. Sur le papier, l'affaire pourrait paraître toujours aussi juteuse, mais il n'y a plus de crédit d'impôts.

 

Du coup, la tendance va vers le développement de l'auto-consommation avec un stockage de l'électricité sur batteries.

L'investissement est cher et l'autonomie par rapport à EDF (ou n'importe quel autre fournisseur) n'est pas totale.

Pour plus de renseignements, je saurai vous diriger vers une entreprise qui maîtrise le sujet.